La défense aux échecs est un savant dosage entre faire le dos rond et savoir contre-attaquer. C’est un véritable art et il n’est pas du tout aisé d’être un bon défenseur aux échecs. Voici différentes méthodes et techniques à maîtriser sur ce thème.

Découvrez :

  • L’échange.
  • La forteresse.
  • Éliminer le point fort de l’attaque.
  • Couvrir son point faible.
  • Replacer ses pièces mal-placées.
  • Le pat.
  • La formation sur l’attaque de la double championne d’Europe Cécile Haussernot.

La défense aux échecs – L’échange

L’idée est claire : échanger des pièces permet souvent de soulager la défense de sa position. Voyons tout de suite un exemple où deux champions du monde s’affrontent : le cubain Raoul Capablanca avec les blancs et le franco-russe Alexander Alekhine avec les noirs.

Trait aux noirs :

Alors l’attaque blanche n’est pas féroce. Mais ils commencent à avoir une pression désagréable. Leurs pièces sont mieux placées et plus actives, ils ont commencé également à doubler sur la colonne d. Si les noirs ne font rien, les blancs joueront également f3 puis e4 pour commencer à prendre de l’espace au centre, à contrôler les cases du Cavalier noir situé en f6 et à obliger les noirs à joueur sur trois rangées.

Alekhine va sentir le danger et sa technique de défense sera l’échange. Vous allez voir qu’il va pousser très loin le concept !

1… Ce4 !! 2. CxCe4 Fxh4

Et voilà une première paire de pièces mineures échangées. Les blancs conservent l’initiative grâce à la case d6 notamment.

3. Cd6 Fd5 4. e4 Tfd8 !

Et c’est parti pour un autre échange : les blancs vont capturer le Fou d5 mais le Cavalier d6 est perdu.

5. Cxf7 Rxf7 6. exd5 Txd5

Bien sûr, on propose l’échange des Tours !

7. Txd5 exd5

Une finale de Fous de couleurs opposées est apparue. Les noirs ont fait un grand pas vers le match nul !

8. Td1 Ff6 9. Ff3 Tc8 10. Fxd5 Re7 11. b3 Fb2 12. a4

12… Tc1 !!

Et voilà comment Alexander Alekhine a échangé quasiment toutes les pièces pour aboutir à une finale nulle, comme souvent avec les finales de Fous de couleurs opposées. Après l’échange des Tours en c1, les noirs placeront leur pion a en a5, leur Fou en c5 et leur Roi en f6 et obtiendront une forteresse. Vous ne savez pas ce qu’est une forteresse ? Cela tombe bien, c’est notre deuxième grande technique de défense !

La défense aux échecs – La forteresse

Deuxième grande méthode pour défendre une position d’échecs compromise : la forteresse. L’idée est en général d’empêcher tout simplement les pièces adverses de pénétrer dans notre partie de l’échiquier. On aura beau être moins bien d’un point de vue stratégique, l’adversaire ne pourra pas gagner la partie.

Voici un exemple (A. Petrosian – Hazai, Schilde 1970) :

Trait aux noirs :

Les noirs souffrent dans cette position à cause de leur mauvais Fou. Comment la défendre ?

La position noire a un gros défaut : la case b6. En poussant leur pion en b6, les blancs enfoncent la position noire. Donc :

1… Db6 !!

Un coup de défense exceptionnel ! Les noirs sacrifient leur Dame pour construire une forteresse. À noter que Petrossian aurait mieux fait de ne pas la prendre pour tenter de gagner ! Il a suivi :

2. CxDb6 cxDb6

Le dernier point faible de la forteresse est l’aile-Roi. Petrossian va tenter d’y créer une ouverture en vain.

3. h4 gxh4 ! 4. Dd2 h3 !! 5. gxh3 (sinon les noirs jouent h2) h4 !!

Et les joueurs ont fait match nul. Certainement un des plus beaux coups de défense de l’histoire des échecs !

Le champion du monde Vishy Anand utilisait beaucoup les forteresses dans ses parties. On peut en trouver notamment dans ses parties du championnat du monde contre le grand maître Boris Gelfand. Remarquons pour terminer qu’un ordinateur d’échecs ne se rendrait pas forcément compte immédiatement que le partie est nulle. Faire une forteresse est souvent une bonne technique de défense contre l’ordinateur.

La défense aux échecs – Éliminer le point fort de l’adversaire

Regardons le diagramme suivant issu de la partie Marocsy – Rubinstein.

Trait aux noirs :

Les blancs ont une très belle attaque. Les deux Fous sont pointés vers le roque noir. Ils ont aussi une belle rupture de pions à jouer en poussant leur pion en f5.

Le Fou d3 est particulièrement fort en contrôlant la diagonale b1-h7 et en soutenant la poussée f5. Les noirs décident dès leur premier coup de se débarrasser de la meilleure pièce blanche quitte à sacrifier du matériel.

1… TxFd3 !! 2. TxTd2 Fe4 !

Le Fou va venir se placer en f5 stabilisant le roque noir. La Dame noire va récupérer le pion c4. Avec un pion et la paire de Fous contre une qualité, les noirs ont une position très intéressante. Une méthode de défense à retenir !

La défense aux échecs – Couvrir son point faible

Regardons la position ci-dessous issue de la partie Bisguier – Stein, tous les deux de très forts joueurs d’échecs.

Trait aux noirs :

Les blancs ont de nouveau une très belle position d’attaque. Ils menacent de mater sur la huitième rangée par 1. Dh7 Rf8 2. Dh8. Pour parer cette menace, les noirs vont alors intelligemment couvrir leur roque.

1… Fc3 !! 2. h4 Df6 !!

Et les noirs parviennent à maîtriser l’attaque blanche.

À retenir donc : couvrir ses points faibles peut être une excellente méthode de défense aux échecs.

La défense aux échecs – Replacer ses pièces mal placées

Cette méthode est valable pour la défense mais aussi dans bien d’autres situations. Cela fait partie des stratégies qu’un joueur d’échecs doit avoir en tête lorsqu’il conçoit un plan. Le fait de repositionner ses pièces peut suffire à ralentir l’attaque adverse et à poser des problèmes à son adversaire.

Regardons la position suivante issue de la partie Polugaevsky – Panchenko. Panchenko est le célèbre entraîneur de la non moins célèbre école d’échecs russe qui a fourni un grand nombre de champions du monde.

Trait aux noirs :

Les blancs ont de nouveau une position agréable. Les pièces noires se marchent les unes sur les autres tandis que l’avantage d’espace des blancs leur permet de développer leur jeu comme ils le souhaitent.

Les noirs vont alors avoir une très bonne idée : ils vont replacer leur Fou d7 sur la case blanche b7 !

1… Fc8 2. Cc3 Fb7

Et ça change tout ! Les noirs sont maintenant bien placés pour contrer le cente blanc, les Cavaliers notamment visent clairement les pions e4 et d4. Après le mouvement du Cavalier c6 en b4, le pion e4 sera visé par le Fou b7 et le Cavalier f6, tandis que le pion d4 sera mis sous pression par la poussée du pion c7 en c5.

Une technique à retenir une nouvelle fois !

La défense aux échecs – Le pat

Lorsqu’on débute aux échecs, on pense souvent que le pat vient d’une erreur du camp ayant un avantage matériel qui n’arrive pas à gagner. En fait, c’est aussi une technique de défense efficace qui permet de sauver bien des positions désespérée !

Avant de passer à l’exercice, sachez que nous avons écrit un module sur la défense dans notre formation si vous souhaitez vous améliorer dans ce domaine. Vous pouvez accédez à la partie gratuite de la formation en vous inscrivant.

Alors, allez-vous réussir à sauver cette position difficile ?

Les blancs jouent et font match nul :

Remarquez la consigne de l’exercice : il ne s’agit pas de gagner mais de réussir à faire match nul. Ce qui est un objectif tout à fait raisonnable lorsqu’on a une position désavantageuse.

Les blancs ont encore deux pions et une Dame. Le pat semble bien loin… Et pourtant :

1. Df4 !!

La Dame blanche vient se sacrifier pour placer la Dame adverse exactement là où il faut ! Après 1… DxDf4, c’est pat et donc partie nulle ! Le Roi blanc ne peut bouger ni aucun des pions blancs. Le Roi blanc n’est pas attaqué, c’est donc match nul ! Les blancs ont réussi à sauver la partie grâce à cet astucieux sacrifice de Dame.

Notons enfin que l’autre sacrifice de Dame 1. Df8 ne donnait rien après 1… DxDf8 puisque le Roi blanc peut jouer en g3. Les noirs restent alors avec une Dame de plus et une position gagnante.

Voilà pour les principales techniques de défense. Tout l’art consiste à choisir la bonne technique au bon moment. Sachant que la contre-attaque peut aussi être une option intéressante ! Notez que Sergeï Karjakin est considéré comme le meilleur défenseur du monde. Un des derniers championnats du monde organisé par la fide (fédération internationale des échecs) a vu une très belle opposition de style de jeu entre Sergeï et Magnus Carslen. Dans un autre style, les fameux Karpov – Kasparov étaient une rencontre entre le feu et la glace !

Parlons désormais un petit peu de l’attaque aux échecs qui n’a pas dit son dernier mot !

L’attaque aux échecs

Si les méthodes de défense sont nombreuses et efficaces, nous ne voudrions pas vous laisser penser qu’une attaque aux échecs n’a aucune chance d’aboutir. Il existe également de nombreuses techniques qui permettent de mettre ses adversaires en difficulté.

Et quand on parle d’attaque aux échecs en France, on pense immédiatement à Cécile Haussernot. Pas de temps morts dans les parties de Cécile, prises de risques, initiative et sacrifices sont toujours au programme ! Et ce style de jeu a fait le succès de Cécile puisqu’elle ne compte pas moins de deux titres de championne d’Europe !

Dans sa formation, Cécile explique toutes les techniques d’attaque qui permettent de déstabiliser son adversaire dans des situations variées. Vous retrouverez notamment :

  • L’attaque contre un Roi resté au centre de l’échiquier.
  • L’attaque contre le petit roque.
  • L’attaque contre un fianchetto.
  • Les roques opposés (un des deux joueurs a fait le petit roque et l’autre le grand roque).
  • Et de nombreux exemples dont les plus belles parties d’attaque de Cécile !

Cécile Haussernot vous montre tout ça dans son pack de vidéos sur l’attaque aux échecs !

Attaque aux échecs avec Cécile Haussernot

Et maintenant à vous de choisir

Voilà pour cet article sur la défense aux échecs. Nous espérons qu’il vous a été utile. Si c’est le cas, n’hésitez pas à le partager sur vos réseaux sociaux !