Voici notre article sur le grand roque. Si vous débutez aux échecs et que vous souhaitez en savoir plus sur ce coup si particulier, vous êtes au bon endroit !

Découvrez :

  • La règle du roque.
  • L’utilité du grand roque expliquée en vidéo par le grand maître Anthony Wirig.
  • Les roques opposés.
  • Les principes de stratégie associés au grand roque.
  • Une ouverture où les deux adversaires font le grand roque.

Qu’est-ce que le grand roque ?

Le roque est le seul coup du jeu d’échecs où deux pièces bougent lors du même mouvement : le Roi et la Tour. Pour pouvoir les bouger « en même temps », il faut respecter trois principes :

  • Ni la Tour, ni le Roi n’ont encore bougé au cours de la partie d’échecs.
  • L’espace entre le Roi et la Tour est libre.
  • Le Roi n’est pas en échec (c’est-à-dire qu’il n’est pas attaqué par une pièce d’échecs adverse) et il ne passera pas lors du roque par une case où il serait en échec.

Si ces trois règles sont respectées, le Roi peut alors se déplacer de 2 cases vers la Tour et la Tour passe alors au-dessus du Roi pour se placer juste à côté de lui.

Voyons tout de suite un exemple.

C’est aux blancs de jouer (on dit que le trait est aux blancs). L’espace entre le Roi blanc et la Tour blanche a1 est libre. Le Roi blanc n’est pas en échec et ne passera pas par un échec lors de son déplacement. Les blancs peuvent roquer !

Le Roi blanc s’est bien déplacé de deux cases vers la Tour et celle-ci a sauté juste au-dessus du Roi pour se placer à côté de lui.

C’est maintenant aux noirs de jouer, ils peuvent eux aussi roquer !

Et voilà !

Lorsqu’on roque avec les Tours situés sur la colonne a (celles les plus éloignées du Roi), on dit qu’on effectue le grand roque. Lorsqu’on roque avec la Tour h, on fait le petit roque. Les blancs ont donc fait le grand roque et les noirs le petit roque.

À quoi sert le grand roque ?

On roque en général pour mettre son Roi à l’abri derrière des pions. Mais ce serait trop facile s’il n’y avait que ce principe de stratégie associé au grand roque ! Le grand maître Anthony Wirig vous détaille tous les grands principes du grand roque aux échecs. Anthony souhaite vous apporter beaucoup d’informations en peu de temps, nous détaillerons toutes les conséquences stratégiques du grand roque pas à pas dans la suite de l’article.

Notez que l’ouverture étudiée dans la vidéo s’appelle la sicilienne dragon. C’est une ouverture très célèbre, jouée à plus haut niveau par Garry Kasparov lors d’un championnat du monde organisé par la Fide contre Vishy Anand. Le champion du monde en titre Magnus Carlsen a lui aussi joué la dragon. Voici notre article pour en savoir plus sur la sicilienne si vous souhaitez approfondir le sujet !

Les roques opposés et les grands principes de stratégie

On l’a déjà dit, on roque pour mettre son Roi à l’abri. En particulier, les pions du roque ne doivent pas être bougés sans bonnes raisons. Cela créerait des faiblesses autour de notre Roi.

Eh bien, ce principe a des conséquences énormes sur la stratégie.

Quand les Rois sont face à face

Regardez en effet la position suivante :

Les deux roques se font face. On ne touche pas les pions du roque. On ne peut donc pas utiliser ses pions (ou disons, on peut le faire mais ce doit être bien calculé) pour attaquer le roque adverse. Les possibilités d’attaque sont plus limitées.

Notez que le pion f des blancs peut tout de même être avancé relativement facilement. Les blancs auront alors la possibilité de cacher leur Roi en h1 afin qu’il soit bien protégé.

Quand les roques sont opposés

Regardons maintenant la position suivante :

Ici, les possibilités d’attaque sont énormes ! Les roques ne se font plus face, on dit qu’ils sont opposés. Les blancs peuvent donc avancer les pions f, g et h pour attaquer le roque noir. Les noirs eux peuvent « balancer » leurs pions a et b pour créer des faiblesses dans le roque blanc. Le but est alors clairement de mater le Roi adverse.

Lors de roques opposés, la prime va à l’attaque ! Une course s’engage donc entre les deux adversaires pour savoir celui qui va le premier créer une forte attaque sur le Roi de son adversaire. La position deviendra vite très tactique et capturer le Roi adverse est votre objectif principal.

Notez qu’en ayant roqué à l’aile Dame, les blancs ont de suite mis leur Tour sur une colonne ouverte, la colonne d. Cette Tour à un grand impact sur la position et notamment sur le pion arriéré noir situé sur la case d6. Le vis-à-vis Tour blanche – Dame noire est aussi source de nombreuses combinaisons.

Le petit roque est plus courant que le grand !

Le petit roque est bien plus courant que le grand. L’explication est simple : il n’y a que deux pièces à bouger pour faire le petit roque (le Cavalier et le Fou de cases blanches) contre trois pour le grand roque. Or, comme il est recommandé dans l’ouverture de mettre son Roi à l’abri assez vite, on comprend pourquoi le petit roque est plus utilisé que le grand. Remarquons tout de même que ce n’est pas parce qu’on fait le petit roque que les possibilités d’attaque seront absentes !

Mais il existe une ouverture où une des variantes principales mène à la possibilité d’un double grand roque : la Caro-Kann ! Voyons donc cela dans la partie suivante.

Une ouverture où les deux adversaires font le grand roque

La Caro-Kann se caractérise par le premier coup e4 dans la position initiale auquel les noirs répondent par le coup c6.

Le but est de contrer le grand centre blanc par un fort pion noir en d5 soutenu par le pion c6.

Après 2. d4 d5 3. Cc3 dxe4 4. Cxe4 Ff5 5. Cg3 Fg6 6. h4 h6 7. h5 Fh7 8. Fd3 FxFd3 9. DxFd3 e6 10. Cf3 Cd7 11. Fd2 Cgf6 12. 0-0-0 (cliquez ici pour en savoir plus sur la notation échiquéenne), on atteint la position suivante.

Les blancs ont roqué à l’aile Dame et semblent déjà menaçant à l’aile Roi. Il est donc tout à fait naturel d’envisager le grand roque aussi côté noir.

La variante principale de cette ligne de la Caro-Kann continue ainsi par 12… Dc7 13. Ce4 0-0-0

Et chaque joueur a fait le grand roque ! Comme les Rois se font face, les possibilités d’attaque sont limitées. Cependant les deux camps utilisant souvent l’avancée de leur pion c pour mettre la pression au centre de l’échiquier. Il n’est donc pas rare de voir les joueurs cacher leurs Rois dans le coin de l’échiquier pour qu’ils soient bien protégés.

Le grand roque et l’attaque aux échecs

En France, quand on pense à l’attaque, on pense forcément à Cécile Haussernot. Avec son style de jeu tranchant et dynamique, Cécile a l’habitude de mettre le feu à l’échiquier ! Et avec succès puisqu’elle compte deux titres de championnes d’Europe ! Cécile vous propose donc d’apprendre avec elle à mettre la pression sur vos adversaires avec sa formation sur l’attaque aux échecs.

Le grand roque est bien sûr au programme mais pas seulement ! Cécile détaille ainsi les principaux schémas d’attaque et aborde différentes situations : attaque d’un Roi resté au centre, attaque d’un petit roque, d’un Fianchetto etc… 5h de vidéos pour apprendre à attaquer vos adversaires ! Et bien sûr, Cécile nous montre aussi quelques-unes de ses plus belles parties d’attaque !

Attaque aux échecs avec Cécile Haussernot

Et maintenant à vous de choisir !

Pour poursuivre votre lecture, vous pouvez :

Voilà pour notre article sur le grand roque. N’hésitez pas à le partager sur vos réseaux s’il vous a plu !