L’ouverture italienne est une ouverture universellement utilisée depuis les tout débutants jusqu’aux plus grands champions. De tout temps, elle a fasciné les joueurs d’échecs autant par ses attaques foudroyantes que par ses plans et conceptions profondes.

Découvrez :

  • Qu’est-ce que l’ouverture italienne ?
  • Les bases de l’italienne expliquées en vidéo par un champion de France.
  • Les concepts stratégiques associés à cette célèbre ouverture.

Qu’est-ce que l’ouverture italienne aux échecs ?

Voici la position initiale du jeu d’échecs.

L’ouverture italienne est une des ouvertures qui permettent de roquer (et donc de mettre son Roi à l’abri) le plus vite possible. On va bouger le pion e, sortir le Cavalier g1 et le Fou f1 et la voie sera libre pour le Roi.

1. e4 e5 (obligatoire pour obtenir l’ouverture italienne)

2. Cf3 Cc6

3. Fc4

Le dernier coup joué, le Fou sur la case c4, caractérise la partie italienne. De cette case, le Fou contrôle la case centrale d5 et a une action sur le pion f7, et donc sur le roque noir. C’est un coup agressif et les premiers grands champions de l’histoire comme Paul Morphy ou Adolf Anderssen l’utilisaient pour attaquer très rapidement leurs adversaires.

Pourquoi nous recommandons de jouer l’ouverture italienne lorsqu’on débute ?

Eh bien parce que grâce à cette ouverture, vous allez réussir à trouver votre style de jeu ! En effet, il est possible de jouer avec les blancs soit calmement et positionnellement soit de façon dynamique et tactique.

Les blancs ont la possibilité de roquer dès le prochain coup. Le Roi mis à l’abri, ils pourront ouvrir de suite la position par un coup comme d4. Une fois la position ouverte, le pion e peut avancer, la case g5 est disponible pour le Fou ou le Cavalier et c’est parti pour l’attaque !

Mais on peut aussi voir les choses autrement. Au lieu d’ouvrir les lignes en jouant d4, les blancs peuvent jouer le petit coup d3 afin de continuer le développement tranquillement. Une partie stratégique s’engage. Place aux manœuvres et aux plans à long terme !

Les bases de l’ouverture italienne

Le champion de France Tigran Gharamian vous explique de façon très pédagogique les bases de la partie italienne dans la vidéo ci-dessous. Bon visionnage !

Les grands thèmes stratégiques de l’italienne aux échecs

Nous allons suivre une partie de Garry Kasparov avec les blancs contre Tiago Pinheiro jouée lorsque Kasparov était au Top de sa carrière. Son classement Elo était à 2851, le 3ème plus haut classement de l’histoire. Depuis il a été dépassé par le champion du monde en titre Magnus Carlsen et par Fabiano Caruana.

Voici les grands thèmes stratégiques de la partie italienne. Nous vous mettrons ensuite la partie de Kasparov en entier pour voir ces thèmes appliqués en pratique par le champion d’échecs russe.

La force du coup de pion en c3

Retenez bien ce petit coup de pion. C’est un des concepts clés de la partie italienne. En se plaçant sur la case c3, le pion contrôle la case d4 et va permettre l’avancée du pion d en d4 pour former le grand centre. D’ailleurs, nous ne sommes pas obligés d’avancer le pion d de deux cases tout de suite. Kasparov va faire le choix de jouer d3, de développer ses pièces et ensuite de jouer d4 quand tout sera prêt.

Notez que le coup c3 prépare aussi une expansion à l’aide dame par b4 et laisse le passage à la Dame blanche pour venir en b3 par exemple. Une variante célèbre de l’ouverture italienne, appelée gambit Evans, inverse même ces deux coups pour accélérer le développement des blancs. Ceux-ci vont donc sacrifier un pion en jouant b4 avant de placer leur pion en c3. Cela permet d’attaquer la pièce qui aura pris le pion b4 et donc de gagner du temps pour attaquer. Bien sûr, en échange, les blancs ont donné du matériel.

La force du Fou de cases blanches des blancs

Regardons maintenant le Fou de cases blanches.

Ce Fou est très bien placé sur la diagonale a2-g8. Mais il peut aussi très bien profiter du coup c3 pour se replacer sur la diagonale b1-h7. Il devra attendre que le centre ouvre mais sera alors parfaitement placé pour attaquer le petit roque des noirs.

La manœuvre du Cavalier b1

Une manœuvre très classique utilisée également dans l’ouverture espagnole. Le Cavalier b1 va se rendre en f5 en passant par la cases d2, f1 et g3.

Pour cela, les blancs vont devoir bien sûr bouger leur Tour f1. Notez que les blancs ont le temps de faire cette manœuvre car la position est plutôt fermée.

Arrivé en f5, le Cavalier aura un grand impact sur le roque noir. Un échange contre le Fou noir des cases blanches serait très favorable aux blancs. Le Fou c4 n’aurait plus d’adversaire et deviendrait dominant sur les cases blanches.

La poussée libératrice d4

Une fois les pièces blanches bien placées, vous pouvez garder en tête que la poussée au centre du pion d4 peut avoir un grand effet en ouvrant les lignes.

Voici maintenant la partie de Kasparov où vous retrouverez tous ces thèmes.

La partie

Voici l’ensemble de la partie jouée par Kasparov. Vous verrez notamment comment il applique successivement les grands principes. Cliquez sur les coups de la partie pour faire apparaître un diagramme !

Comment obtenir cette formation

Cette formation vidéos est accessible sur internet dans un espace qui lui est dédié. Une fois achetée, un mail vous est envoyé avec les codes d’accès et vous pourrez commencer la formation quelques secondes après l’achat. Si vous êtes intéressé, voici le lien vers le pack sur l’ouverture italienne du champion de France Tigran Gharamian.

Notez qu’avec la défense française et le gambit dame accepté, nous vous proposons un répertoire complet et sain pour bien débuter aux échecs.

Le gambit Evans

Nous ne pouvions pas écrire un article sur l’ouverture italienne sans vous présenter le gambit Evans. Celui-ci a été utilisé très largement par les joueurs de l’époque romantique du jeu d’échecs car il permet d’attaquer très vite notre adversaire. Parties spectaculaires assurées !

1. e4 e5 2. Cf3 Cc6 3. Fc4 Fc5 4. b4

Un gambit est le don volontaire d’un pion dans le début de partie. Ici c’est le pion b4 qui est donné. Après sa prise, les blancs joueront c3 avec gain de temps puis d4. En échange du pion; les blancs obtiendront donc un contrôle total du centre de l’échiquier.

Voici une partie du génial Adolf Anderssen qui montre comment utiliser le gambit Evans avec les blancs.

Une domination totale !

Et maintenant, à vous de choisir

  • Apprendre les bases de la sicilienne, une ouverture pour jouer avec les noirs.

Voilà pour notre article sur les bases de l’ouverture italienne. Nous espérons qu’il vous a été utile. Si c’est le cas, n’hésitez pas à le partager sur vos réseaux sociaux !