Résoudre des exercices d’échecs (ou « problèmes ») permet de progresser aux échecs de façon ludique et, cerise sur le gâteau, de travailler sa concentration et sa logique.

Nos meilleurs conseils pour résoudre les exercices d’échecs

  • Prenez la saine habitude de ne pas toucher aux pièces lorsque vous résolvez un exercice d’échecs. En effet, c’est en faisant l’effort de visualiser le mouvement des pièces dans votre tête que vous progresserez le mieux aux échecs. Les meilleurs joueurs sont capables de jouer des parties entières de la sorte. Cette prouesse est rendue possible par un travail assidu sur la visualisation.
  • Installez-vous confortablement, dans un endroit calme où vous pourrez bien vous concentrer. Mettez votre téléphone en silencieux.

Ensuite, sachez qu’il y a deux stratégies principales à suivre pour des entraînements sur-mesure :

  • Pour travailler votre connaissance et votre capacité à reconnaître des schémas (c’est-à-dire, des « blocs » de plusieurs pièces ordonnés d’une certaine manière), nous vous recommandons de ne pas passer plus de dix minutes sur chaque position. Cela vous permettra d’en étudier le plus possible ! C’est une compétence très importante aux échecs, qui est directement corrélée au niveau des joueurs.
  • Pour travailler la structuration de votre pensée, vous pouvez au contraire passer autant de temps que nécessaire pour trouver la solution des exercices. N’hésitez pas, pour se faire, à vous octroyer des pauses et à revenir plusieurs fois sur le même exercice.
Voir les conseils

L'exercice

Soyez créatif !

Les blancs jouent et matent en deux coups :

 

Voir la solution

Les exercices d’échecs font du bien à vos synapses !

Parmi toutes les études qui ont démontré les bienfaits du jeu d’échecs, deux sont particulièrement spectaculaires :

  • La première concerne les plus jeunes d’entre nous. Elle montre que la pratique du jeu d’échecs augmente de façon importante les capacités de concentration (+50%), de mémorisation (+22%) et de résolution de problèmes (+32%) des enfants (Thèse de M. Noir, Lyon 2002).
  • La seconde concerne nos ainés ! Une étude publiée en 2009 dans la célèbre revue « science » montre que les personnes pratiquant le jeu d’échecs deux fois par semaine ont deux fois moins de risques de contracter la maladie d’Alzheimer que les autres.

Pour tirer tous les bénéfices du jeu d’échecs, il ne suffit néanmoins pas de jouer sans se poser de questions. Comme l’indique à de multiples reprises M. Noir dans sa thèse, ces résultats fantastiques ne peuvent être obtenus qu’en intégrant, dans son entraînement, la résolution d’exercices d’échecs. Cela tombe bien, nos programmes d’entraînement contiennent de nombreux problèmes d’échecs !

Continuer avec d’autres exercices

Nous avons conçu plus de 410 exercices pour que vous puissiez vous entraîner à la résolution de problèmes d’échecs !