L’ouverture espagnole est l’ouverture la plus jouée que ce soit à haut niveau ou chez les amateurs. Grande spécialité du champion du monde Magnus Carlsen, apprenez les bases de la partie espagnole en vidéo avec le champion de France 2018 Tigran Gharamian !

Qu’est-ce que la partie espagnole ?

La partie espagnole se caractérise par les coups suivants : 1. e4 e5 2. Cf3 Cc6 3. Fb5. Nous obtenons alors la position ci-dessous :

Le développement du Fou sur la case b5 est caractéristique de l’ouverture espagnole. Le Fou met une pression directe sur le Cavalier noir situé en c6.

  • Quelles sont les idées cachées derrière ce coup de Fou ?
  • Comment les noirs peuvent réagir ?
  • Quels sont les plans de développement des blancs ?

C’est à ces questions que se propose de répondre le grand maître Tigran Gharamian dans sa formation pour apprendre les bases de la partie espagnole. C’est parti pour la vidéo !

Sachez que Tigran vous donne également les bases de l’ouverture italienne dans cet article. L’italienne est également une ouverture phare du jeu d’échecs. Jouée aussi bien par les tout débutants que par les grands maîtres, elle diffère de l’espagnole par le placement du Fou au 3ème coup sur la case c4 au lieu de la case b5 comme pour l’espagnole.

Les différentes variantes de la partie espagnole aux échecs

La partie espagnole est très variée. Dès les premiers coups, les deux joueurs peuvent faire des choix qui mènent à des structures très différentes. Voici les variantes principales de l’espagnole.

La variante d’échange de l’ouverture espagnole

Cette variante arrive après les coups 1. e4 e5 2. Cf3 Cc6 3. Fb5 a6 4. Fxc6 dxc6 (voici notre article sur la notation aux échecs si besoin).

Les blancs ont tout simplement donné leur paire de Fous pour affaiblir la structure de pions des noirs en créant des pions doublés. Notez pour commencer que le pion e5 n’est toujours pas prenable par le Cavalier f3 car les noirs joueraient leur Dame en d4 avec une attaque double sur le Cavalier e5 et le pion e4.

La grande idée de cette position pour les blancs est de jouer leur pion en d4 pour échanger le pion e5 des noirs. Après cela, les blancs ont une majorité de pions à l’aile Roi (4 contre 3) qui est très facilement mobilisable tandis que la majorité noire à l’aile dame est bien pataude. Les blancs chercheront donc à entrer en finale pour mener un pion au bout de l’échiquier à promotion. Les noirs chercheront eux à mettre en valeur leur paire de Fous dès le milieu de jeu pour perturber l’idée des blancs. Chaque joueur a donc ses points forts dans cette variante de la partie espagnole. Celui qui parviendra à tirer le plus profit de ses atouts gagnera !

Le grand joueur d’espagnole variante d’échange est Bobby Fischer. De nombreuses parties de Bobby Fischer sont devenues des classiques !

L’espagnole ouverte et l’espagnole fermée

Nous nous intéressons maintenant au cas où les blancs n’échangent pas leur Fou en c6. Par exemple : 1. e4 e5 2. Cf3 Cc6 3. Fb5 a6 4. Fa4 Cf6 5. 0-0

Nous atteignons alors une sorte de carrefour entre de grandes variantes de l’espagnole. Si les noirs prennent le pion e4, il y aura plus de colonnes, de rangées et de diagonales ouvertes. C’est donc très logiquement l’espagnole ouverte !

La partie sera plus tactique.

Si par contre les noirs ne prennent pas le pion e4 mais jouent leur Fou de cases noires en e7. La position ne s’ouvre pas tout de suite, c’est l’espagnole fermée !

Si vous cherchez un joueur référence sur les espagnoles ouvertes et fermées, intéressez-vous aux parties de Magnus Carlsen, le champion du monde en titre ! Lors du dernier championnat du monde organisé par la Fide, Magnus Carlsen a notamment pris le dessus sur son adversaire Ian Nepo grâce à sa maîtrise de l’espagnole avec les noirs.

Le gambit Marshall

On ne pouvait pas parler des différentes variantes de l’espagnole sans aborder le gambit Marshall, développé par le très fort joueur du même nom. Celui-ci arrive après les coups : 1. e4 e5 2. Cf3 Cc6 3. Fb5 a6 4. Fa4 Cf6 5. 0-0 Fe7 6. Te1 b5 7. Fb3 0-0 8. c3 d5

C’est un gambit car après l’échange en d5, les blancs peuvent prendre le pion e5. La contre-attaque prévue par les noirs est assez fulgurante. Voici notre article sur Franck Marshall si vous souhaitez en savoir plus.

La berlinoise

Revenons un peu en arrière. Le coup a6 des noirs semble être universellement joué. Et bien ce n’est pas le cas ! Les noirs peuvent très bien laisser le Fou de cases blanches des blancs en b5 et jouer Cf6.

C’est une variante très solide, les blancs peinent à trouver des moyens de déstabiliser leur adversaire. Vladimir Kramnik a utilisé cette variante avec succès pour conquérir le titre de champion du monde face à Garry Kasparov.

Mémoriser ou comprendre l’ouverture espagnole ?

Il n’y a pas encore longtemps, les meilleurs joueurs de la planète apprenaient et récitaient des ouvertures sur 25 ou 30 coups, notamment sur la partie espagnole où la théorie est très développée. Heureusement pour nous, le champion du monde Magnus Carlsen a donné un bon coup de balai à cette méthode et a montré que le plus important était de bien comprendre les idées des ouvertures. C’est pourquoi nous nous attachons à expliquer le plus clairement et le plus simplement possible les idées des ouvertures aux échecs.

Apprendre la stratégie des ouvertures

Nous vous rappelons tout de même qu’avant de se « spécialiser » dans une ouverture, il est préférable d’apprendre quelques grands principes de stratégie pour bien démarrer une partie d’échecs. Retrouvez ces stratégies de l’ouverture dans notre dossier pour bien démarrer une partie d’échecs.

Mais une fois à l’aise avec ces grands principes, il est tout à fait normal de vouloir se spécialiser quelque peu dans une ouverture afin d’avoir le plus de chance possible d’obtenir un milieu de jeu agréable. Et c’est exactement ce que vous propose Tigran !

Pourquoi la partie espagnole est-elle appelée également la Ruy Lopez ?

Les ouvertures d’échecs ont souvent des noms en rapport avec la géographie. Mais pourquoi ce début de partie s’appelle l’espagnole ? Ruy López de Segura (1530 à Zafra près de Badajoz, Espagne – 1580, Espagne) était un moine espagnol du XVIe siècle, confesseur du roi Philippe II d’Espagne, et l’un des premiers grands joueurs d’échecs de son époque. López est célèbre pour ses analyses approfondies de la partie espagnole. Ses travaux ont eu une influence significative sur la stratégie et la pratique du jeu d’échecs, et continuent d’être étudiés et appréciés par les joueurs d’aujourd’hui.

Et maintenant, à vous de choisir

  • Apprendre les bases de la sicilienne, une ouverture pour jouer avec les noirs.
  • Vous inscrire à notre programme gratuit pas à pas avec 14 emails où on vous prend par la main.
  • Revenir à l’accueil pour explorer d’autres thèmes en lien avec le jeu d’échecs.

Voilà pour notre article sur l’ouverture espagnole. Nous espérons qu’il vous a été utile. Si c’est le cas, n’hésitez pas à le partager sur vos réseaux sociaux !