Voici notre article sur les miniatures aux échecs. Découvrez :

  • Les parties d’échecs les plus rapides.
  • Les principaux thèmes des miniatures d’échecs.
  • Les miniatures des plus grands champions.
  • La partie miniature qui a changé notre vision des ordinateurs d’échecs.
  • Et en bonus : la miniature de Napoléon.

Mais commençons tout de suite par définir la miniature aux échecs.

Qu’est-ce qu’une miniature aux échecs ?

Une miniature aux échecs est une partie d’échecs gagnée par l’un des deux camps en moins de 20 coups. Souvent spectaculaire, une miniature est surtout très instructive car l’erreur qui a mené à la perte est souvent très facilement repérable. On peut donc souvent plus facilement tirer un enseignement d’une partie miniature que d’une partie plus longue.

Les parties d’échecs les plus rapides

On commence par les parties les plus rapides possibles aux échecs.

Gagner en deux coups

Voici le seul mat en deux coups : mat du sot appelé encore le mat du lion ou le mat de l’imbécile.

1. f3 e5 2. g4 Dh4 mat !

Le pauvre Roi blanc ne peut pas empêcher l’attaque adverse… Un très joli échec et mat ! Vous verrez souvent l’utilisation de cette diagonale pour tenter de mater son adversaire. Par ailleurs, cela peut être assez surprenant que le mat le plus rapide soit donné par les noirs.

Passons aux mats en trois coups.

Gagner en trois coups

Cette fois, il existe plusieurs mats en trois. Bien sûr, on peut avoir le pendant du mat précédent mais cette fois côté blanc.

1. d4 f5 2. e3 g5 3. Dh5+

Voici un mat en trois coups venant de l’ouverture scandinave.

1. e4 d5 2. exd5 Dxd5 3. Re2 De4 mat !

Encore une fois, ce sont les noirs qui matent !

Notez que le coup de Roi sur la case blanche e2 est absurde mais arrive relativement souvent lors de parties d’échecs jouées en ligne sur internet lors desquelles les blancs souhaitant bouger leur Fou de cases blanches f1 sur la case e2 réalisent un mouse slip et prennent leur Roi à la place !

Les principaux thèmes des miniatures aux échecs

Petit tour des erreurs les plus courantes qui mènent à la catastrophe !

Miniatures aux échecs – Le pion empoisonné

La gourmandise est un vilain défaut ! Si votre adversaire vous offre du matériel, ne vous précipitez pas dessus sans avoir bien réfléchi. Dans la partie ci-dessous, Alapin va prendre de façon un peu inconsidérée le pion g2 de son adversaire ce qui va lui permettre de gagner des temps de développement et de monter une attaque terrible.

Cliquez sur la notation des coups pour voir apparaître un diagramme d’échecs !

Miniatures aux échecs – Les Tours empoisonnées

Sur le même principe, il n’est pas rare du tout de voir un adversaire prendre les deux Tours adverses avant de se faire mater.

Cet exemple illustre très bien l’importance du développement aux échecs !

Miniatures aux échecs – Le mat à l’étouffée

Les Rois débutent la partie bien étouffés par leurs pièces. Ce n’est donc pas un hasard si de nombreuses parties se terminent par un mat à l’étouffée !

Voici par exemple un piège d’ouverture classique qui nous vient de la Caro-Kann.

1. e4 c6 2. Cc3 d5 3. Cf3 dxe4 4. Cxe4 Cf6 5. De2 Cbd7 6. Cd6 mat !

Ce type de mat peut arriver sous différentes formes dans cette ouverture. Notez que les noirs n’ont pas du tout bougé leurs pions du centre…

Miniatures aux échecs – Le mat de Legal

Ce schéma de mat très surprenant est à la base de bien des miniatures d’échecs !

Les noirs ont pensé qu’en clouant le Cavalier f3, celui-ci ne pourrait pas bougé… Mais le sacrifice de Dame a mis le feu sur l’échiquier !

Miniatures aux échecs – Les mats surprises

Bien sûr, il existe énormément de schémas différents qui peuvent donner un  mat. En voici quelques-uns de très surprenants !

Notez le grand roque des blancs qui a permis d’activer très vite une Tour sur une colonne ouverte.

Miniatures aux échecs – Les attaques surprises

Enfin, de nombreuses miniatures ne se terminent pas par le mat mais par un abandon d’un des deux joueurs. Souvent, cet abandon intervient car la perte de matériel est trop importante. Voici donc quelques tactiques et combinaisons célèbres qui ont permis de gagner rapidement la partie !

Un coup de Cavalier sur la troisième rangée que les blancs n’ont pas vu venir. Dans la position finale, la Dame blanche est attaquée par le Cavalier noir et ne peut pas fuir. Mais si les blancs prennent le Cavalier avec leur pion f, leur Roi se fait mater par 5… Dh4+ ! Une combinaison foudroyante !

Et voilà comment Bronstein, auteur de livres d’échecs très connus, gagne la Dame de son adversaire ! Regardez-bien la tactique utilisée par les blancs pour attirer le Roi adverse en d8 ce qui clouera le Cavalier f6.

Les miniatures des plus grands champions

Place maintenant aux plus grands champions !

Les miniatures de Paul Morphy

L’époque romantique du jeu d’échecs, avec son amour du jeu d’attaque, est bien sûr propice aux miniatures. Paul Morphy est peut-être le joueur le plus représentatif de cette époque. Voici pour commencer la fameuse partie de l’opéra :

Et un échec et mat qui sort de l’ordinaire !

Les miniatures des champions du monde

Commençons par le champion du monde cubain Raoul Capablanca.

Les noirs ne peuvent pas capturer la Dame blanche sans se faire mater en f7. Les blancs gagnent donc du matériel !

Maintenant, admirons une miniature d’Alexander Alekhine.

Le grand maître de l’attaque Mikhail Tal est bien sûr l’auteur de superbes miniatures, même contre de très forts joueurs comme le montre la partie suivante.

Place à un autre grand attaquant, Garry Kasparov !

Le Cavalier en e6 était déjà imprenable à cause d’un mat qui commence par 12. Dh5+ g6 13. Fxg6+ hxg6 14. Dxg6+ suivi de Fg5.

Maintenant en c7, le Cavalier est toujours imprenable ! Après 12… Dxc7, 13. exd6+ va gagner la Dame noire.

Pour finir, voici un superbe mat du champion du monde fide en titre Magnus Carlsen :

Le jour où Deep blue a battu Garry Kasparov

C’est peut-être la miniature d’échecs la plus importante de l’histoire. Ce jour-là, on a compris que les ordinateurs avaient pris le dessus sur les humains. Garry Kasparov est le héros malheureux de cet évènement. Nous sommes à la dernière partie d’un match entre Kasparov et l’ordinateur Deep Blue. Les deux adversaires sont à égalité. Celui qui gagnera cette partie gagnera le match.

Voici donc la miniature qui a permis a l’ordinateur de terrasser le champion du monde.

Kasparov a par la suite expliqué qu’il ne pensait pas que la machine sacrifierait le Cavalier en e6 car c’est un sacrifice positionnel qui demande de savoir évaluer la position à long terme. Mais l’ordinateur a montré sa force de calcul ce jour-là…

Bonus : la miniature de Napoléon

Cette partie pourrait vous faire croire que Napoléon était un grand joueur d’échecs… Ce qui n’était pas le cas !

Et maintenant à vous de choisir !

Pour poursuivre votre lecture, nous vous proposons de :

Voilà pour notre article sur les miniatures aux échecs. Nous espérons qu’il vous a été utile. Si c’est le cas n’hésitez pas à le partager sur vos réseaux sociaux !