Préférez-vous attaquer à tout va ou défendre, êtes-vous patient ou fougueux ? Connaître son style de jeu aux échecs permet d’orienter ses parties pour obtenir des positions où on se sent à l’aise.

Les différents styles de jeu aux échecs

Si vous ne connaissez pas le monde des échecs, vous serez peut-être surpris d’apprendre que tout le monde ne voit pas le jeu de la même façon. Pour simplifier, nous avons divisé le style des joueurs en deux : les attaquants et les joueurs positionnels.

Les attaquants aiment les positions aigües où les deux joueurs doivent résoudre des problèmes difficiles s’ils veulent survivre. Ils aiment les sacrifices, l’initiative et ont une grande imagination et une grande créativité ! De nos jours, les représentants de cette catégorie sont Nakamura et Mamedyarov. Garry Kasparov peut aussi faire partie de cette catégorie !

De leur côté, les joueurs positionnels mettent l’accent sur le côté stratégique du jeu pour affaiblir petit à petit la position adverse. Ils aiment un jeu calme et posé. Magnus Carlsen est le chef de file de cette façon de jouer et Anatoly Karpov en fait partie également.

Bien sûr, la frontière entre les deux styles de jeu est un peu plus floue que l’on aimerait… Magnus Carlsen calcule très bien et est capable d’attaques foudroyantes et Hikaru Nakamura a une compréhension très fine des positions. Mais globalement, leur façon de jouer aux échecs est très différentes !

Bien connaître son style de jeu aux échecs et bien connaître ses adversaires

Comment trouver son style de jeu ? Eh bien la première indication comme le dit le grand Garry Kasparov est qu’on joue aux échecs comme on est dans la vie ! Aimez-vous les prises de risque ou pas, aimez-vous sortir du rang ou rester plutôt classique ? Ensuite, à force de jouer et de rencontrer des situations différentes, vous allez affiner votre choix.

Une fois que vous vous êtes donné un style de jeu, obtenir une position qui vous convient devient votre objectif n°1. Ainsi l’ouverture aux échecs est dédiée en partie à cela. Réussir à poser le jeu si on est un joueur positionnel ou à le compliquer si on est un joueur d’attaque n’est pas une mince affaire…

Un deuxième objectif est de réussir à s’adapter au style de notre adversaire et de jouer des positions où il ne se sent pas à l’aise. Pour cela, il faut bien sûr bien le connaître !

Le point de vue de Garry Kasparov

Dans son livre « la vie est une partie d’échecs », le champion du monde défend le fait que les échecs et la vie ont beaucoup de points communs. Ainsi, il compare la façon de prendre des décisions dans la vie et sur l’échiquier. Il pense aussi qu’en connaissant ses forces et ses faiblesses, on peut améliorer son jeu et son attitude dans la vie !

Pour terminer, retrouvez tous nos articles sur le monde des échecs  et notre plateforme pour apprendre les échecs.