Skip to content

Pour dominer aux échecs : contrôler le centre

bien démarrer une partie : dominer aux échecscontrôler le centre

On appelle centre de l’échiquier les quatre cases d4, d5, e4 et e5 (voir l’échiquier ci-dessous). Un des grands buts de l’ouverture aux échecs de de contrôler ce centre afin de dominer aux échecs. Mais deux grandes écoles s’affrontent sur ce sujet !

bien démarrer une partie : contrôler le centre

Contrôler le centre permet de bien démarrer l’ouverture aux échecs

L’école dite « classique » préfère contrôler le centre avec les pions dans le but d’étouffer les pièces de l’adversaire. Cela permet également d’avoir plus d’espace que son adversaire et donc un développement plus facile. Le but est donc de former avec les blancs un duo de pions d4 et e4 parfois aidé des pions c4 ou f4.

bien démarrer une partie : contrôler le centre

Du côté des noirs, l’objectif est donc d’empêcher de former ce duo de pions dans de bonnes conditions

La plupart des joueurs suivent ces stratégies. Le premier coup blanc le plus joué est e4 pour contrôler le centre et le premier coup noir le plus joué est e5 pour empêcher la création du duo de pion e4-d4.

Dominer aux échecs : le point de vue des « hyper-modernes »

La deuxième école dite hyper-moderne préfère contrôler le centre avec les pièces pour qu’elles aient le plus grand champ d’action possible. Cette école a été créée par le très fort joueur tchèque Richard Réti au début du XXème siècle. Voici un exemple d’un début de développement hyper-moderne de la part des blancs

bien démarrer une partie : contrôler le centre

On voit bien que le centre n’est pas occupé par des pions blancs mais est bien contrôlé par les pièces mineures blanches. Le développement du Fou g2 s’appelle un fianchetto et est caractéristique de l’école hypermoderne. Ce développement particulier du Fou permet de bien contrôler le centre.

Les blancs souhaitent amener les pions au centre seulement dans un deuxième temps avec l’idée que leur poussée, soutenue par les pièces déjà développée, mettra l’adversaire sous pression.

Un exemple de lutte pour le centre :  la défense sicilienne

Voici une des ouvertures les plus jouées aux échecs : les blancs commencent par 1. e4 et les noirs répondent le coup surprenant : 1… c5 !

bien démarrer une partie : contrôler le centre

D’une façon tout à fait inattendue, les noirs ne libèrent aucune de leurs pièces mineures au premier coup. Quelle est donc l’idée de la défense sicilienne ?  Eh bien si les blancs jouent leur pion en d4, les noirs pourront l’échanger contre le pion c5. Ceux-ci auront alors davantage de pions au centre. Contre un temps de développement, ils parviennent à bien contrôler le centre.

Retrouvez le maître Pierre Petitcunot qui vous explique tout ça en vidéo et bien d’autres choses encore !

Vous avez aimé cette vidéo ? Retrouvez Pierre dans le pack « comment créer son répertoire d’ouverture » !

Enfin, retrouvez l’ensemble de nos conseils sur l’ouverture aux échecs et ne nous quittez pas sans découvrir notre programme gratuit de 14 jours pour apprendre à bien  jouer aux échecs !

Aidez-nous

En partageant cet article sur vos réseaux, vous contribuez à notre mission depuis 2016 : populariser le jeu d’échecs et l’apprendre au plus grand nombre, et en cela, nous vous remercions du fond du coeur. Merci !

Partager sur facebook
Facebook

Cher lecteur, les milliers de fans qui vous ont précédé améliorent en continu le programme de 14 jours pour apprendre et progresser. Accessible gratuitement sur inscription pour les débutants comme les amateurs.

Bien calculer aux échecs
Améliorer la logique de votre calcul

Nos dossiers

Logo apprendre les echecs en 24h
Programme pas à pas gratuit.
Nous apprenons aux débutants.
Nous aidons les amateurs à progresser.

Rejoignez les 29 000 membres de notre communauté !
Du débutant au bon joueur amateur, vous allez progresser, c’est certain !