Avoir des attentes élevées envers son enfant à un impact très positif sur celui-ci. Explications.

Une expérience scientifique

Je voudrais vous parler d’une expérience réalisée avec des enfants à San Francisco par Rosenthal et Jacobson. Ces chercheurs se sont présentés dans une école en expliquant qu’ils dirigent une vaste étude. Ils ont demandé s’ils pouvaient effectuer des tests de QI sur les élèves. Ils effectuent donc ces tests et donnent les résultats aux enseignants. Or, ce ne sont pas les vrais résultats qui sont distribués mais les fiches ont été classées au hasard et les élèves se sont vus attribuer un QI au hasard.

Le résultat de l’expérience démontre qu’une année après la divulgation des faux résultats de QI, les 20 % surévalués ont amélioré de 5 à plus de 25 points leurs performances au test d’intelligence !

Effet Golem / effet Pygmalion

C’est ce qu’on appelle l’effet Pygmalion. Le simple fait de croire en la réussite de quelqu’un améliore ses chances de réussite. L’effet inverse se nomme l’effet Golem. Si un individu a (ou reçoit) des attentes moins élevées, cela le conduit à une performance moins bonne.

Nous vous parlons de cela car nous rencontrons deux attitudes complètement opposées lorsqu’on parle du jeu d’échecs : soit c’est génial, soit c’est « je n’y arriverai jamais ». Il n’y a donc pas de juste milieu ! Or, l’effet Pygmalion va renforcer les gens de la première catégorie et l’effet Golem va inhiber ceux de la deuxième catégorie…

Faire confiance aux enfants, avoir des attentes élevées

Nous affirmons à ceux qui pensent que le jeu d’échecs est trop complexe pour eux qu’ils se trompent ! Ce jeu est très abordable. En effet, un enfant de quatre ans peut apprendre à jouer aux échecs ! Donc ne vous bloquez pas et ne bloquez surtout pas vos enfants. Optez pour les échecs, c’est un jeu passionnant et ses bienfaits sont avérés. Ainsi, si vos enfants désirent apprendre, n’hésitez pas, foncez !

Enfin, retrouvez tous nos articles sur l’apprentissage des échecs aux enfants ICI .