La créativité aux échecs ? Vous connaissez l’expression : « Think out of the box », nous la traduisons par « Réfléchis en dehors des sentiers battus » ? À quoi pensez-vous ? À des marginaux en dehors de la société ? À des artistes incompris ? Oui, vous pouvez, mais nous on pense au « Design Thinking », aux nouvelles méthodes de créativité utilisées en entreprise, aux ruptures technologiques, ou aux ruptures de marché. Comment ses innovations, qui révolutionnent tout ce qui était connu jusqu’à présent, ont été pensé pour la première fois ? Il existe beaucoup de littérature sur ce sujet, le cas de Ikea ou de Zara dans le monde du commerce, le cas Ryanair pour le transport aérien mais aussi plus loin, Fosburry qui pour la première fois a sauté en hauteur le dos à la barre … Qu’est ce que tout ces ruptures ont en commun ? Oui, vous avez lu le titre, vous avez tout compris : LA CRÉATIVITÉ.

Alors nous ne reviendrons pas sur le fait que l’école n’a pas vraiment tendance à développer la créativité. On a déjà fait un article sur ce sujet dans notre dossier : « Développer la confiance en soi ». Aujourd’hui nous souhaitons voir le positif : « Comment crée-t-on la créativité ? »

Le brainstorming

En entreprise, il y a le brainstorming, moment « en dehors des sentiers battus » où une équipe se voit poser une question et doit mettre une idée de réponse par post-it , quelque soit l’incongruité de la réponse, de l’idée. C’est le principe, on ose tout ! Personne n’a le droit de contredire une idée par post-it le temps de la « tempête de cerveau ». Mais ensuite, c’est ici que commence la créativité. En effet, on regroupe les post-it par thème et on tente de corréler certains thèmes et idées entre elles. Et là jaillit la vraie créativité, celle qui n’a pas de limite, encouragé par le maitre de la réunion (le manager ou le consultant ou n’importe quel autre leader) qui sanctionne les remarques négatives et développe les rebonds d’idées avec des « oui, et … »

Aux échecs, il y a beaucoup d’analogies lorsqu’on est devant une position donnée où il faut trouver le meilleur coup. On doit pouvoir être créatif dans un premier temps, sans contrainte, laisser aller son esprit suivre l’idée jusqu’au bout pour ensuite décider si elle est valable ou pas. Rien de pire qu’un ami qui « tue l’idée dans l’œuf » par un « pfff, ca marchera jamais … », ceux là sont à éviter, ils n’aident pas à la créativité. Parfois le meilleur coup est évident, parfois l’évidence est trompeuse, parfois un coup très étrange à première vue se révèle génial. Il faut suivre son instinct et se faire confiance. Le jugement de la position intervient à la fin de la phase de créativité.

La petite voix du fond

Dans une classe, dans un cours d’échecs, ou bien encore avec notre programme d’entraînement, des positions sont montrées à un ensemble de personne (une équipe) et le brainstorming commence. Chacun exprime ses idées, les argumente par la suite, et collectivement on trouve notre meilleure solution, notre meilleur coup. Parfois c’est une petite voix au fond du groupe qui émettra la meilleure idée. Personne ne le comprendra au départ, et puis petit à petit, se dessinera la logique derrière cette proposition, et le groupe verra cette petite voix d’une autre manière la prochaine fois. Le développement de la confiance en soi par la créativité aux échecs est une réalité, faites le test !

Pour aller plus loin : la créativité aux échecs

 Nous avons créé spécifiquement un programme « marche par marche » pour les débutants pour générer depuis le début de l’apprentissage ces petites victoires qui font tant de bien. La créativité aux échecs par l’exemple ! Nous vous amènerons à vous faire confiance, à essayer, à vous tromper, à recommencer. C’est ainsi qu’on développe la confiance. Nous sommes des développeurs de confiance en soi, et nous croyons beaucoup pouvoir changer le monde avec cela !
Enfin, consultez notre dossier : « La confiance en soi » disponible ICI